Récits de vie

Mes enfants, ma force

Marie-Claude Mathys

Première édition: 2023
Réedition:
Editeur: Editions à la Carte
Nombre de pages: 70
ISBN: 978-2-88924-422-5
CHF 15.00
Pour commander le livre, prière de contacter l'auteure par téléphone au 079 733 02 72.
Merci !

* * *

Voici le récit véridique d'une mère confrontée à l'enlèvement de ses enfants.

Née en 1946 à Champlan (Valais), Marie-Claude a grandi dans une famille aimante. Rien ne la préparait à vivre une histoire si douloureuse : l'enlèvement de ses deux enfants par son ex-mari.

Ce récit est né de confidences faites à des amies. L'auteure a décidé de le livrer pour mettre enfin des mots sur les non-dits et les démarches entreprises qui n'ont pas été exprimées.
Elle souhaite laisser la trace de son vécu à ses enfants, ses petits-enfants et sa famille au sens large.

Récit de vie transcrit par Christine Rey

 

EXTRAITS

Ma mère m’a dit un jour : « Fais attention, il n’est pas gentil avec toi. » 

Malgré sa mise en garde et mes doutes, j’ai continué à le fréquenter. J’étais une grande fille ! Je voulais être comme les autres, comme ma soeur Josiane qui avait un copain et comme ma soeur Anita qui allait se marier. 

A l’occasion d’une promenade au Grand-St-Bernard, il m’a dit brusquement : « Si on se mariait ? » et il m’a offert une bague. C’était au mois d’août 1968. 

* * *

Un beau jour, un cousin d’Angelo a débarqué chez nous. Il y est resté plus d’un mois. Il n’y avait évidemment pas de place pour l’accueillir et il dormait dans le même lit que nous ! Durant les soirées, les hommes jouaient aux cartes pendant que j’assumais tout, les courses, les repas, la lessive, le repassage… et mon travail à la Coop. Je cachais évidemment tous mes soucis à ma famille et surtout à mes parents.

* * *

Mon plus grand désir, c’était d’avoir des enfants. (...) Mon rêve a tourné court, car tout était dramatique à vivre avec Angelo. Il interdisait à quiconque de venir me trouver. Il me faisait des scènes pénibles, devant les gens. Il ne m’épargnait pas. Il refusait que ma soeur vienne me voir. Il éprouvait de la haine envers elle, car elle avait refusé ses avances et elle l’avait giflé un jour où il avait été odieux avec moi. Je devais la voir en cachette. Je ne pouvais plus assister aux fêtes où elle se trouvait… Il était toujours nerveux et violent verbalement. A la fin de ma grossesse, il m’a frappée. J’ai eu peur de perdre mon enfant.

* * *

Angelo voulait ouvrir une carrosserie. Il est allé demander de l’argent à mon père qui le lui a refusé. Il ne m’a alors plus adressé la parole pendant deux mois, sauf pour m’insulter. Il m’a interdit d’aller voir mes parents et il a coupé le téléphone. Les menaces d’enlèvement ont commencé à ce moment-là. « Un matin, tu te lèveras et il n’y aura plus les enfants ». 

Editions à la carte

Place de la Gare 6
CH - 3960 Sierre
+ 41 27 451 24 28
Ouvert lundi, mardi, jeudi, vendredi
de 8h00 à 12h00 et sur rendez-vous
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites.
Lire les mentions légales ok